Jeunesse : de l’animation dans les livres, les livres dans l’animation

L’arrivée du livre numérique apporte beaucoup de nouveautés et il est désormais possible d’ajouter des animations dans un livre. Moi qui suis plutôt dans le domaine de l’animation, je me réjouis de voir la technologie permettre de tels échanges et de voir apparaitre dans les livres des personnages qui bougent, des décors qui s’animent ou des vidéos incrustées. Autant de petites additions qui vont permettre au lecteur de s’immerger encore plus dans l’univers du livre, et même d’interagir avec!

Il existe certainement beaucoup d’exemples, mais en voici un que j’avais envie d’aborder en particulier (si vous avez des suggestions, n’hésitez pas à donner d’autres exemples en commentaire).

Les histoires de La souris qui raconte :

La souris qui raconte est un site au nom très bien trouvé : le jeune lecteur balade sa souris sur les images et clique sur une flèche pour faire avancer l’histoire. Il découvrira ainsi de jolies histoires dans un format et une mise en page similaire à un livre jeunesse, mais avec des personnages animés, de jolies transitions, et du son en prime!

La souris qui raconte

On peu trouver tout ça un peu gadget : pourquoi lire un livre sur un écran alors qu’on a beaucoup plus de choix et qu’il existe tant de livres papier de qualité?

Personnellement, je trouve ce croisement du livre et de l’animation plutôt réussi et très utile car il faut reconnaitre qu’aucun enfant ne refusera de regarder un dessin animé, alors qu’il y en a encore beaucoup qui n’iront pas d’eux-même vers un livre.
Dans le cas du livre interactif de la souris qui raconte, le livre fait un pas vers l’enfant et lui montre des images animées comme il est habitué à en voir à la télévision et au cinéma. Mais cette oeuvre reste réalisée comme un livre avec des histoires de qualité (point qui laisse tant à désirer dans beaucoup de programmes tv), une teneur morale et pédagogique, et une présentation toujours très proche du livre qui va familiariser le petit lecteur avec le format du livre jeunesse. Au final, cet hybride peut aider l’enfant à intégrer le livre dans son quotidien et à se diriger vers lui aussi facilement qu’il le fait avec la télévision.

Contes du haut de mon crâne

A noter qu’en prime, sur la souris qui raconte, un bouton permet d’entendre l’histoire lue par un conteur. Pratique pour les enfants qui ne savent pas lire, et encore plus pour ceux qui sont en train d’apprendre!

Un échange réciproque

J’ai eu envie d’écrire cet article car les acteurs des métiers de l’animation ne sont pas du tout étrangers au livre : on apprend l’animation dans les livres, on découvre le travail d’artistes et de grands studios dans des livres, on fait travailler notre imaginaire grâce aux livres, et le papier reste le support de base de l’animation (au moins pendant l’apprentissage si ce n’est pendant la production).
L’animateur est donc très proche du livre, et il me paraît naturel qu’à l’heure du numérique il cherche à amener sa contribution pour augmenter le contenu du livre.

C’est au cours de ma réflexion sur l’animation dans les livres que j’ai découvert le court métrage The Fantastic Flying Books of Mr. Morris Lessmor (nominé pour les oscars) que je vous laisse découvrir.

L’histoire de cet écrivain aux allures de Buster Keaton et des personnages qu’il découvrira est un bel hommage à la littérature et le film m’a aidé à mettre le doigt sur ce lien étroit qui existe entre le livre et l’animation. Il m’a fait réaliser à quel point le rapprochement du livre et de l’animation avait du sens.

Après tout, comme on le voit dans le film, la technique d’animation la plus élémentaire est un livre : le flip book!